Une Société active et visible
1968 - 2002

cinquantenaire de l'offensive Mangin

visite guidée du château François 1er (1976)

A côté des réunions et conférences offertes mensuellement à tous les adhérents, les conseils successifs, menés pendant plus de quarante ans par les trois présidents Moreau-Néret, Leroy et Allégret, ne reculent pas devant de fortes initiatives sur le terrain, dès lors que l'histoire locale et l'héritage des Dumas peuvent y trouver leur compte.
Chaque début juillet, la visite commentée du château François 1er est un rendez-vous connu de la vie cotterézienne, les journées - découverte dans les villages et les sites importants drainent adhérents et habitants, d'importantes manifestations spéciales accompagnent les anniversaires historiques.
La grandiose évoca­tion militaire 1918-1968 à Montgobert, le millénaire capétien, le pèlerinage sur les sites des batailles de la Marne, la visite des églises de l'Automne, plusieurs expositions à la Maison du Parc (ancienne Maison Duez), la soirée-mémoire de la Libération de Villers ont ainsi constitué, parmi d'autres occasions, des jalons visibles de tous, sans oublier les sorties annuelles à Paris ou la participation d'un char de la Société aux deux Fêtes de la Forêt de 1980 et 1982!
De plus, tous les sept ans (1981, 1988, 1995...), le Congrès fédéral attire à Villers-Cotterêts de grands intervenants et des amateurs d'histoire locale venus de tout le département. Une bonne opportunité pour présenter à ce large public les mille facettes de notre patrimoine régional. La présidence de la Fédération des Sociétés d'Histoire de l'Aisne est d'ailleurs assu­mée par certains Cotteréziens : André Moreau-Néret (1960-1972), Pierrette Bègue (1986-1989), Roger Allégret (1995-2001). À Montgobert, l'ancien domaine de Pauline Bonaparte retrouve une nouvelle jeunesse grâce au propriétaire Napoléon Suchet d'Albufera et à Michel des Lions, qui y créent un Musée du Bois et de l'Outil et y montent de belles exposi­tions artistiques. Quant au moulin à vent de Largny, qui menace ruine, il revit par la volonté et l'action de Nino Mascitti, le maître de la pierre de Bonneuil ! C'est alors que ses ailes qui tour­nent au vent sont devenues un symbole du pays de Valois.

 

la société en visite chez Dumas Fils...

... et chez Dumas Père (1982)

Comme dans toute structure, d'inévitables signes de langueur commencent cependant à se faire jour dans sa ville natale : présentation ternie du Musée qui voit se tarir la tradition des dons et acquisitions, hésitations de la Ville devant un éventuel transfert, échec du projet d'acquisition de sa maison natale, tentation « routinière » de la Société qui souffre d'un manque de local propre et acquiert des ouvrages pour... les enfermer dans un placard! Après le retrait brutal de son président Marcel Leroy en 1987 pour raison de santé, elle assure avec son successeur Roger Allégret, ses conférences et visites, mais ne publie plus et se coupe lentement du jeune public. Il faut un « coup de clairon »..., et c'est Dumas lui-même qui va le donner !

la sauvegarde du Moulin de Largny

Jacques Gatineau

 

Nino Mascitti

le char de la Société Historique
fête de la forêt, 1982